Archives de Bahagon

Archives de Bahagon
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La renaissance de l'Ange de l'Hiver - par Fenril(T)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 8
Date d'inscription : 31/12/2016

MessageSujet: La renaissance de l'Ange de l'Hiver - par Fenril(T)   Sam 31 Déc - 18:42

Il ouvrit les yeux, subitement.

Il ne vit que la condensation de sa respiration, maigres nuages fantomatiques voletant au gré du léger vent qui balayait la forêt.

Il couvrit ses yeux du revers de la main. Le pâle soleil nordique le frappait comme la plus brûlante des foudres.

Peu à peu, ses yeux verts s'habituèrent aux faisceaux de lumière transperçant la cime des chênes centenaires s'élevant devant lui, semblables à mille guerriers de bois le scrutant de leurs yeux durs et le jugeant d'un silence réprobateur.

Il balaya les environs du regard. Son bras droit le démangeait atrocement, et son crâne était vrillé d'une douleur sourde.

Il réalisa qu'il mourrait de soif. Il plongea la main dans la neige tapissant le sol, la portant à sa bouche avec délectation. Ce froid lui faisait un bien fou. Il apaisait ses douleurs, physiques tout du moins... Il le sentait revigorer son corps noué, comme raidit non par la température extrêmement basse mais par l'inactivité.

Il se mit debout. Il portait sur lui quelques morceaux éparses de ce qui fût autrefois une armure complète d'un bleu sombre et légèrement translucide. A sa ceinture pendait un fourreau, dans lequel la garde d'une épée dépassait.

Il la sortie lentement de son écrin. Au fur et à mesure qu'il la tirait, la lame d'un bleu cristallin projeta d'extraordinaires jets de lumière azur de plus en plus intenses.

Il plissa les yeux pour lire le mot inscrit sur la garde de l'épée.

...Non, pas un mot.

Un nom.

Fenril.

Soudain, tout lui revint. Dans un chaos indescriptible et une douleur atroce, les images et souvenirs d'une vie... De plusieurs vies... Lui apparurent d'un coup.

Des guerres. Des compagnons. Des alliés qui devinrent des ennemis. Des ennemis, se révélant des alliés.

Des morts. Des trahisons. Des joies, des peines, et même de l'amour. Une folie intense. De la manipulation, d'atroces et de sublimes voix. Des conquêtes, des victoires et des défaites.

Et ses propres morts, à lui. Sous plusieurs noms, sous plusieurs apparences, dans plusieurs circonstances.

Il ne comprit pas pourquoi, après tant de temps passé au Valhalla, en compagnie de ses amis fidèles et des anciens dieux nordiques, il était de retour sur cette Thessalie désolée. Qu'avait-il à y faire ? Il avait échoué, plusieurs fois. Il avait tenté d'aider les Anathoïs. Il avait aussi tenté de les détruire. Il mourut en brave l'épée à la main, victime de la perfidie et de l'imposture, plusieurs fois. Sa nature de guerrier le rendait trop vulnérable aux jeux politiques qui le dépassaient.

Ceci, Fenril le comprit lorsqu'il vit tomber un à un ses compagnons autour de lui, sans pouvoir les protéger.

Oui, il le comprit lorsque Kyrany, son corps svelte transpercé d'une gigantesque lance de fer, lui donna ses dernières forces avant de tomber, raide morte, pour décapiter le colosse qui allait l'embrocher par le flanc, repoussant l'inévitable mort du guerrier nordique de quelques minutes.

Il le comprit lorsque Yanether le Rouge lui lut, dans une ultime toux sanglante et avec un sourire presqu'amusé accroché aux lèvres, la dernière page du livre de sa vie, le "Miroir des Tragédies". Le vieux mage, son guide, l'avait suivit alors qu'il savait parfaitement qu'il y perdrait la vie. Lui comme les autres.

Il le comprit lorsqu'Adelloth lui fit l'honneur de ses premières et dernières paroles. Un "merci" emprunt de mélancolie, tranchant avec le caractère si dur de l'assassin aux cheveux blancs comme la neige la plus pure.

Il le comprit lorsque Byron s'interposa entre lui et une trentaine de guerriers, ne tombant définitivement qu'après en avoir tué neuf à la force des jambes, ses bras ayant été tranchés.

Il le comprit lorsque Faé, ses boucles blondes collées à son visage par du sang sec et coagulé, lui offrit ses dernier mots pour lui susurrer qu'elle était fière de mourir pour l'Ange de l'Hiver. Il le comprit lorsque les yeux de la jeune femme, autrefois si rieurs, s'éteignirent et s'étiolèrent comme le plus gris des ciels d'automne remplace le plus clair des ciels d'été.

Il n'était pas de taille, tout simplement. Quelle fantaisie avait pris les anciens dieux nordiques de le ramener ici ? Quel destin pouvait-il y avoir pour lui, quel but avait-il à accomplir ?

Seul ?

Il hurla, une cascade d'énergie blanche déferlant sur les troncs majestueux rompus aux affres du froid et du temps.

Son visage se durcit. Devint froid.

Si froid.

Il allait se battre, pour eux. Pour eux tous. Pour tous ceux qui lui avaient jadis offert leur confiance et leur vie. Leur légende sera perpétuée par le fil de sa lame.

Il s'enfonça dans la forêt, d'un pas assuré et leste, la main pendant toujours à proximité de la garde de son épée.

Sur son bras doit, une marque noire commençait à apparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bahagon.forumactif.com
 
La renaissance de l'Ange de l'Hiver - par Fenril(T)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un "ange" à la couronne.
» Les Jeux Bidulotroniques du Voile d'Hiver!
» Forum RPG d'ange contre démons
» Peur de l'hiver
» [Affiche] Soirée spéciale Voile de l'Hiver mardi 28 décembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archives de Bahagon :: Archives de Bahagon :: Ère 25-
Sauter vers: